Protéger les mains des ouvriers de la noix de cajou

Le décorticage des noix de cajou

Les filières de noix de cajou sont souvent pointées du doigt pour leurs conditions de travail entraînant de nombreux problèmes de santé, tels que des brûlures aux mains.

Le scandale des conditions de travail derrière le décorticage des noix de cajou a éclaté en 2019. Le grand public découvrait alors des ouvrières indiennes aux mains brûlées par l’acidité des noix qu’elles décortiquent à longueur de journée. Bien que l’Afrique produise plus de la moitié de la production mondiale de noix de cajou, plus de 85% de ses récoltes est en effet exporté à bas prix vers l’Asie pour être décortiqué.

Les mesures mises en place par KASANA

  • Les noix de cajou de la filière KASANA sont récoltées et décortiquées au Burkina Faso. Une machine à décortiquer a d’ailleurs été mise à disposition des ouvriers afin d’encourager cette transformation sur place.
  • Les brûlures sont en fait provoquées par un contact prolongé avec la noix en coque. Afin de limiter ce contact, la coopérative Chouboupi, avec qui KASANA collabore pour sa filière de noix de cajou, dispose d’une trieuse permettant de calibrer les noix.
  • Les noix en coques sont également préchauffées à la vapeur d’eau puis refroidies pendant 24h. Cette méthode permet de diminuer drastiquement l’acide rejeté par les noix et donc le risque de brûlures pouvant survenir durant les étapes de transformation qui ne peuvent pas être mécanisées.
  • Les ouvriers protègent également leurs mains avec de l’huile végétale.

D'autres articles qui pourraient vous intéresser...

Actualité

Un conditionnement zéro déchet

Zéro déchet depuis notre four jusqu’au silo de votre épicerie Pour diminuer au maximum les déchets inutiles, nos noix de cajou grillées sont conditionnées et

Nos gousses de vanille en format vrac

Nouveau format pour nos gousses de vanille En plus de leur format en tubes de 2 gousses, nos gousses de vanille sont maintenant aussi disponibles